Revue finale du projet ANR Victeams

Formation des leaders médicaux : présentation des résultats du projet ANR VICTEAMS

Le 19 mars 2019 a eu lieu à l’école du Val de Grâce la journée de clôture du projet de recherche ANR VICTEAMS (Virtual Characters for team Training : Emotional, Adaptive, Motivated and Social), projet interdisciplinaire qui réunit des partenaires académiques (IRBA, le laboratoire Heudiasyc, CEA, Limsi), des opérationnels (SSA, EVDG, BSPP) et une entreprise spécialisée dans la réalité virtuelle : REVIATECH. Après la présentation des résultats par les différents acteurs du projet, les démonstrations ont permis de tester l'environnement.

Le projet VICTEAMS a commencé en décembre 2014 et s’est achevé fin mars 2019. Il est financé par l’agence nationale de la recherche et la direction générale de l’armement et a également reçu le soutien de la région Haut-de-France et du Fonds de Recherche Européen de développement régional. L’enjeu de VICTEAMS est de proposer un outil de formation en environnement virtuel du leader médical en situation de crise (attentat, théâtre d’opérations) entrainant l’afflux massif de blessés avec des contraintes émotionnelles fortes (ex : stress) et qui prenne en compte les aspects collectifs : la défaillance d’un membre de l’équipe, par exemple.

Un outil complémentaire

Aujourd’hui, les forces armées et les pompiers utilisent déjà des serious games 3D pour la formation (3D-SC1, XVR…) : ces jeux sont centrés sur l’apprentissage des compétences techniques (ex : répéter des procédures). D’autres formations comme les exercices grandeur nature ou l’utilisation de mannequins de simulation qu’il faut piloter à distance existent, mais elles s’avèrent coûteuses, notamment en termes de personnel. VICTEAMS se présente comme un outil complémentaire de ces dispositifs. Surtout, il forme au leadership : il plonge le médecin dans le milieu opérationnel pour le faire travailler sur les compétences non-techniques : travail en équipe, communication, gestion de la fatigue, prise de décision…« En situation opérationnelle, c’est sur cet apprentissage que le leader pourra compter pour mobiliser ses ressources.  Il devra agir au sein de l’équipe médicale et aussi interagir avec les autres militaires du théâtre. La communication avec le chef de détachement sera primordiale pour savoir si la zone est sécurisée »  explique le MCS Bay, chef de la division milieux de la direction de la médecine des forces. Pour VICTEAMS, l’acception commune des compétences non-techniques a d’ailleurs été mise à l’épreuve par l’équipe de l’IRBA qui préfère employer le terme « habiletés ».

IA et PVA

Autre originalité de cet environnement virtuel : ne pas avoir de scénario écrit à l’avance car « scripter les possibilités limite les choix » ajoute Domitille Lourdeaux, maitre de conférences au laboratoire Heudiasyc (Unité mixte de recherche CNRS-Université de Technologie de Compiègne). Cela permet également de tester les réactions du leader à la tête d’une équipe médicale plus ou moins aidante. En effet, l’intelligence artificielle génère les comportements des  personnages virtuels autonomes (PVA) : ils peuvent manquer de compétences, ne pas communiquer une information, commettre des erreurs, être passifs ou proactifs…

Ce projet a fait l’objet de nombreuses publications : 3 articles scientifiques, 15 conférences et 9 articles de vulgarisation. Il a mis en place une architecture prometteuse pour la scénarisation d’environnements virtuels intégrant des PVA. Il se termine, mais les partenariats perdurent. Ils permettront de répondre à de nouveaux appels à projet pour maintenir la dynamique scientifique commune et répondre aux  besoins des opérationnels, qui est bien réel. Les perspectives de l’environnement virtuel sont nombreuses : on pourrait même, dans le futur, imaginer des personnages qui s’adaptent au leader médical et qui apprennent en même temps que lui.

 

Source : Service communication information IRBA
Copyright photos : Service communication information IRBA